Il devient difficile de se loger à Granville. Un collectif de Saint-Malo viendra parler de la location de courte durée qui touche la Cité Corsaire.
Il devient difficile de se loger à Granville. Un collectif de Saint-Malo viendra parler de la location de courte durée qui touche la Cité Corsaire. (©Coté Manche)

Il devient difficile de se loger à Granville, voire impossible. La location de courte durée grignote l’offre des villes côtières. Le collectif Saint-Malo, J’y vis… J’y reste viendra parler de son expérience, samedi 20 novembre, 16 h, à Granville, au Café le Django.

« Par solidarité envers une commune un peu similaire à la nôtre, ville balnéaire, et pour l’intérêt général des habitants, nous avons souhaité organiser un temps d’échange public », explique Franck Rolland.

À lire aussi

La location via les Airbnb et Abritel

Le collectif viendra parler du développement exponentiel de la location de meublée de courte durée via les Airbnb et Abritel. Le collectif n’a rien contre ces plateformes numériques mais veut les limiter. 

On est passé d’un Airbnb historique qui donne un coup de main à de la location massive. 

À lire aussi

« Des nuisances concrètes »

L’échange commencera par le témoignage d’une habitante qui habite dans le cœur de Saint-Malo à Intra-Muros. Se trouvait en face de chez elle, une location de courte durée via les plateformes. 

Elle commençait à subir un mini-déménagement tous les trois jours avec des nuisances très concrètes ».

Franck Rolland

Elle découvre, sans avoir été avertie, le changement d’usage de cet appartement.

Après cinq ans de combat, elle obtient gain de cause devant le tribunal. Le propriétaire a fait appel mais « c’est une porte ouverte intéressante. Un habitant peut faire cesser cette activité », poursuit Franck Rolland.

Cette action individuelle s’inscrit dans une démarche collective. De nombreuses per- sonnes vivent cette situation. Derrière se cache un autre problème. Il devient difficile de se loger dans les villes côtières con- cernées par la location à courte durée. Il est plus rentable de louer son habitation sur une plateforme que de louer à l’année. Ainsi, certains investissent juste pour louer sur des plateformes. A Saint-Malo, les chiffres sont éloquents. 

En 2014, on comptait 300 logements locatifs sur les plateformes. Ils sont aujourd’hui à 3000. 

Des solutions existent

Il existe des solutions pour faire face à cette crise. Le collectif malouin a obtenu des avancées dans la Cité Corsaire. La Ville a rédigé un règlement drastique sur la location de courte durée. Elle a pu le faire seulement depuis qu’elle est reconnue comme une zone tendue. Le maire de Granville aimerait aussi l’obtenir pour mieux encadrer les locations.

Entrée libre, samedi 20 novembre à 16 h à Granville au Café le Django 51 rue Couraye.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Un collectif de Saint-Malo évoquera le problème de la location Airbnb et Abritel à Granville – actu.fr
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire