Nicolas Sarkozy : un absent si présent – ladepeche.fr

l’essentiel L’ancien Président était, vendredi, avec Emmanuel Macron à Strasbourg. Certains y voient déjà un message de soutien envers le futur candidat. 

Ils étaient ensemble, vendredi, à Strasbourg et l’image ne doit rien au hasard. Si l’Élysée ne pouvait qu’inviter les anciens chefs d’État, Nicolas Sarkozy, comme l’a fait François Hollande, avait tout loisir de décliner. Entre les deux tours de la primaire des LR, s’afficher aux côtés d’Emmanuel Macron pour un hommage à Valéry Giscard d’Estaing a donc valeur de message. D’autant que l’ancien président des LR a fait le choix de ne soutenir personne lors de la primaire de son parti. Il a même, à plusieurs reprises émis des doutes sur la qualité des candidats. Dernière en date, mardi 30 novembre, lors d’une soirée tenue salle Gaveau pour parler d’art et de culture. « Dans le fond je suis comme vous. Je me pose des questions. Qu’est-ce qu’il faut faire ? », a-t-il fait mine de s’interroger devant près de 800 personnes, selon des propos rapportés par Le Figaro. « On me dit : « Faut aider le leader »… Mais si le leader a besoin d’être aidé, s’il a besoin qu’on le prenne par la main, ce n’est pas un leader ! », a-t-il lancé, en ajoutant « ne pas avoir le souvenir » que Jacques Chirac l’ait « beaucoup aidé », lorsqu’il se démenait pour devenir le chef de file de l’UMP au début des années 2000. C’est dire l’estime qu’il porte aux impétrants. Certains, chez les LR, craignent donc qu’avant le premier tour, ancien président, qui a soutenu François Fillon en 2017, n’appelle, cette fois, à voter Macron.

« Il va sonner la fin de la récré »

« C’est possible, en effet, mais une chose pourrait l’arrêter, les législatives », nous expliquait, cette semaine, un ministre. « Non mais franchement, vous pensez que Nicolas Sarkozy va rester là, sans rien faire, regarder Édouard Philippe lui piquer des députés LR sans broncher. Ça n’est pas le genre du bonhomme. À un moment, il va sonner la fin de la récré », nous assurait le même. En effet, afin de peser encore, de cultiver son pouvoir de nuisance, l’ancien Président à besoin d’un relais à l’Assemblée et au Sénat. Relais encore plus indispensables s’il imagine un jour un come-back. Édouard Philippe, qui espère débaucher les élus LR afin de les présenter sous l’étiquette de son propre parti Horizons, pourrait donc trouver l’ancien locataire de l’Elysée sur sa route. Difficile, dans ces conditions, de soutenir ouvertement Emmanuel Macron. Pour l’instant Nicolas Sarkozy joue donc sur les deux tableaux et continue, bel et bien, à présider aux destinées du parti qu’il a créé. Il a d’ailleurs reçu tous les prétendants à la primaire dans son bureau ces dernières semaines.
Christelle Bertrand
 

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Nicolas Sarkozy : un absent si présent – ladepeche.fr
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire