Mauvaise nouvelle pour les professionnels de la montagne. Dès samedi 18 décembre, les voyageurs britanniques n’ont plus le droit de venir en France, sauf pour “motif impérieux”. Ils ne seront donc pas sur les pistes de ski pendant les vacances. Avec cette décision, le gouvernement cherche à limiter la propagation du variant Omicron. Un coup dur, puisque selon Savoie Mont-Blanc Tourisme, les britanniques représentent sur une saison 12% de la clientèle des 112 stations des Pays de Savoie.

Décision “catastrophique” pour les stations de ski 

A Tignes, les britanniques représentent près d’un quart de la clientèle. “Ce sont des conséquences sur l’ensemble du tissu économique : les écoles de ski, les remontées mécaniques, les restaurateurs, les loueurs de matériel…” énumère Frédéric Porte, le directeur de Tignes. A Val d’Isère, 42% de la clientèle est concernée.  “Pour nous c’est un véritable choc”, admet Christophe Lavaut, le directeur de la station. “C’est très rapide comme décision.” 

Cela revient à nous couper de 42% de notre activité économique. Je ne vois vraiment pas comment on peut s’en sortir.

“On comprend les mesures sanitaires, on ne conteste pas le fond mais la forme.” La station avait pourtant mis en place deux centres de tests Covid pour les visiteurs étrangers. “Tout était prêt pour gérer ça. Et puis la règle change encore en court de route, comme tout le temps depuis un an et demi.” Le directeur attend des mesures fortes de l’Etat pour aider les stations comme Val d’Isère, qui comptaient sur la clientèle anglaise pour rattraper leur retard économique. 

Hôtel fermé 

À Morzine, l’annonce de cette nouvelle mesure a été ressentie comme un véritable choc. “Pour le village et pour les professionnels que nous sommes, c’est même une catastrophe”, se désole Aube Marulaz. Première adjointe au maire et propriétaire d’un hôtel, elle rappelle que durant les vacances de Noël, les britanniques représentent 30% des touristes présents dans la station. _”_Les empêcher de venir c’est nous empêcher de travailler alors que tout était prêt.” Privée de la quasi-totalité de ses clients, elle a d’ailleurs décidé de fermer son établissement. “On était complet mais sans les anglais, je n’ai plus que deux réservations.” 

Dans un autre établissement de la station Haut-Savoyarde, le patron a passé sa journée au téléphone avec ses clients anglais. “Ils sont déçus, confie l’hôtelier. Certains avaient déjà reporté leurs arrhes depuis 2020.” David sait dores et déjà que dans les deux prochaines semaines, il va perdre un tiers de son chiffre d’affaire. “Tout le personnel a été embauché, poursuit-il. Il va peut-être falloir réfléchir à réactiver un système d’activité partielle.” 

Les résidents britanniques privés de leur famille pour Noël

Paula, britannique, vit à Val d’Isère depuis 30 ans. Son fils, étudiant en Ecosse, avait prévu de venir passer les fêtes avec elle à Val d’Isère. “Je l’ai vu deux fois depuis deux ans. C’est extrêmement dur. On comprend que c’est une situation délicate, mais changer les choses le jeudi pour le samedi, c’est très compliqué pour nous.”

En tant que britannique, on en a ras-le-bol. C’est une situation insoutenable, un énorme stress, on est toujours dans l’inconnu. Là je suis au téléphone toute la journée, à essayer de m’organiser. Est-ce que je vais pouvoir passer Noël avec ma famille ? 

Un nouveau conseil de défense sanitaire est organisé ce vendredi par l’exécutif. D’autres mesures devraient suivre, mais pas d’annonce de confinement ni de couvre-feu.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Pas de Britanniques dans les Alpes cet hiver : “un véritable choc” pour les stations de ski – France Bleu
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire