A Val d'Europe, les tensions entre les habitants et les loueurs d'Airbnb sont toujours présentes, même pendant les fêtes et même si la plateforme Airbnb tente d'encadrer davantage.
A Val d’Europe, les tensions entre les habitants et les loueurs d’Airbnb sont toujours présentes, même pendant les fêtes et même si la plateforme Airbnb tente d’encadrer davantage. (©La Marne)

Pour les festivités de 2021, la société Airbnb durcit ses mesures contre les fêtes non-autorisées. Les restrictions liées à la crise sanitaire sont moins nombreuses, mais la fermeture des boîtes de nuit pourrait amener d’inconditionnels fêtards à se rapatrier dans des locations saisonnières pour pouvoir danser jusqu’au bout de la nuit.

À Val d’Europe, ces locations sont légion. Elles représentent 10 à 15 % des logements selon les élus. « Dans certains immeubles, la proportion est même de 40 % », rappelait Philippe Descrouet, maire de Serris et président de Val d’Europe Agglomération qui a promis de serrer la vis évoquant une « guerre » contre cette pratique immobilière.

Au sein de l’agglomération, les maires s’agacent de voir que les nouveaux logements ne profitent pas aux nouveaux habitants, voire font fuir ceux qui sont déjà installés en raison des nuisances.

Des nuisances en continu à Val d’Europe

Julien*, habitant de Serris, fait partie du groupe Facebook « Stop BNB à Val d’Europe ». Il témoigne. « A chaque vacances, cela empire tous les jours », souffle-t-il. Même s’il reconnaît qu’il peut y avoir un peu plus de tolérance pendant les fêtes de la part des résidents, la constance des nuisances met la patience des habitants à l’épreuve.

Le problème, c’est que c’est tous les soirs et c’est comme ça toute l’année. Quand les Français ne sont pas en vacances, ce sont d’autres pays ; ici, la clientèle est internationale.

Julien*, habitant de Serris et membre du groupe Stop BNB à Val d’Europe

Les habitants aimeraient que ces restrictions s’appliquent tout au long de l’année.

Des restrictions exceptionnelles

Pour se prémunir des fêtes « perturbatrices », Airbnb se fonde sur l’historique d’avis de ses utilisateurs et la durée de réservation. La nuit du Nouvel an par exemple, les utilisateurs qui n’ont « pas d’antécédents d’avis positifs sur Airbnb n’auront pas le droit de réserver un logement entier sur Airbnb » pour une à deux nuit. En 2020, les réservations de plus de 64 000 personnes avaient été bloquées pour le réveillon du Nouvel an, affirme la plateforme.

À lire aussi

Une politique décidée pour éviter de « ternir » l’image de la société, surtout dans le contexte sanitaire actuel. Pour les problématiques du quotidien, Airbnb a mis en place un outil d’assistance au voisinage et des restrictions concernant les jeunes de moins de 25 ans qui veulent réserver près de chez eux.

« Pourtant cet été c’était l’enfer, cela a été même pire que jamais ! », tranche Julien pour qui ces restrictions sont « une aiguille dans une botte de foin ».

Tension dans les résidences

Dans le viseur des voisins des locations saisonnières, le bruit avant tout. « Je n’ai pas d’enfants mais pour les parents, c’est très compliqué. J’en connais qui préfèrent les faire dormir dans la voiture. On n’est pas à l’hôtel, l’isolation est insuffisante ! ».

Il évoque aussi de nombreuses dégradations : 

Les sols ne sont pas faits pour des passages de valise à roulette aussi fréquents, ils sont abîmés. La porte d’entrée est régulièrement forcée, il y a aussi beaucoup plus de vols – dans les parkings notamment – sans compter la prostitution et le trafic de drogue.

Julien*, habitant de Serris et membre du groupe Stop BNB à Val d’Europe

Pour les fêtes, il redoute particulièrement les fêtes façon « projet X », ces soirées qui tournent au chaos, sans limites dans la beuverie et les dégradations. Chez lui, Julien a opté pour les boules Quiès et a recouvert ses murs de boîtes d’œufs pour tenter d’isoler phoniquement.

À lire aussi

« On se sent coincés »

Dans sa famille, certains souhaiteraient vendre leur logement mais n’y parviennent pas, raconte-t-il : 

Aujourd’hui les clients sont avertis. Ils posent la question des locations. Nous, on ne peut pas mentir et donc on n’arrive pas à vendre, sauf à baisser les prix. Vous vous rendez compte ? Faire une moins-value à Val d’Europe ?

De quoi alimenter un fort ressentiment : « On se sent coincés, sans pouvoir rester ni partir ».

À lire aussi

Résultat, la tension monte au sein des résidences entre les pros et les anti-Airbnb. La page Facebook du groupe animé par Julien et lui-même en témoigne. 

Cela se traduit par des crasses plus ou moins méchantes. De la serrure remplie de colle au brouilleur pour les propriétaires qui ont fait installer des serrures électroniques voire aux pneus crevés. C’est très tendu.

Si les élus parlent d’une « guerre » contre les locations saisonnières, celle-ci a déjà une réalité dans les résidences.

*Le prénom a été modifié.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Marne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Locations Airbnb à Val d’Europe : pas de trêve des tensions pendant les fêtes – La Marne

Laisser un commentaire