Le jour de Noël, la propriétaire d’une location Airbnb à Annecy refuse de louer son appartement à une famille de Mulhousiens en les voyant arriver. Sebti Bouadjadja, le père de famille, se dit victime de discrimination. Il a porté plainte.

L’histoire remonte au 25 décembre 2021. Sebti Bouadjadja est à la tête de deux entreprises à Mulhouse. Sa mère, atteinte de la maladie de Parkinson et victime de plusieurs AVC, a le moral en berne : sa sœur et son fils, installés à Annecy, lui manquent.

Pour lui apporter un peu de baume au cœur, Sebti Bouadjadja décide de l’emmener en Haute-Savoie afin qu’elle puisse voir ses proches. Il réserve un appartement pour 4 personnes auprès de la plateforme Airbnb, en prenant soin de trouver une location dotée d’un ascenseur car sa mère est dans l’incapacité de monter un escalier.

La famille quitte Mulhouse vers 17 heures et arrive à Annecy quatre heures plus tard. La propriétaire de la location les rejoint sur site pour faire l’état des lieux. Sebti Bouadjadja l’entend marmonner : “Il ne manquait plus que je doive louer à des talibans“. Ebranlé, il décide malgré tout de faire la sourde oreille, pressé d’installer la mère afin qu’elle puisse se reposer du trajet.

Alors que la visite des lieux démarre, la propriétaire fait volte-face subitement et lui dit : “Finalement je ne vous sens pas, j’annule !” Choqué, l’entrepreneur mulhousien rappelle que son compte en banque a été débité des 460 euros demandés, qu’elle a validé la réservation et “qu’elle n’a pas le droit de faire ça !” Pour lui, c’est un “délit de faciès, du racisme. Elle a vu ma maman avec son foulard sur la tête et elle a changé d’avis brutalement”.

Sebti Bouadjadja filme la propriétaire en train d’appeler la plateforme Aibnb. Sur la vidéo, on l’entend lui dire “Madame, elle est raciste, elle ne veut pas louer son Airbnb alors qu’on a réservé. On a payé. Madame, elle a vu notre tête (…) je vous filme, Madame, je suis victime de xénophobie et de racisme. Je vais mettre ça sur les réseaux sociaux pour que tout le monde voit que vous êtes une raciste et que ne voulez pas louer un appartement à un Arabe”.

La propriétaire des lieux nie, tout en se cachant le visage avec son masque. Le locataire déconfit appelle la police. Deux agents sont sur place dans les cinq minutes qui suivent : ils écoutent les deux parties et recueillent la version de chacun.

Entre-temps, Airbnb annule sa réservation. Acculée, la famille de Mulhousiens passera la nuit chez le frère de Sebti Bouadjadja. Les deux hommes devront porter leur mère pour accéder à l’étage de cet immeuble sans ascenseur.

La dame âgé n’a rien compris à ce qui se passait ; en revanche, son entrepreneur de fils est choqué. “Je me considère comme Français. La France m’a tellement apporté. J’ai eu une bonne éducation, un bon suivi médical. J’ai compris que pour réussir il fallait entreprendre. Je suis entrepreneur. J’ai deux sociétés et j’emploie 15 personnes. Je n’ai jamais été victime de racisme, je me suis senti humilié comme jamais. Une humiliation extrême”.

D’autant que son fils de 14 ans a assisté à la scène : “Qu’est-ce que je lui dit ? Comment je peux expliquer qu’il y a des personnes qui, parce qu’on est basané, pensent qu’on est de la racaille !” Le soir même, il poste sa vidéo et le récit de sa mésaventure sur les réseaux sociaux.

Tout s’emballe, des milliers de partages, repris par TikTok, Twitter, etc. Il est contacté par de nombreux médias. De son côté, lui contacte son avocat. Maître Rayan Zaien porte plainte auprès du procureur de la République d’Annecy contre la propriétaire “pour des faits de discrimination raciale et d’injures non-publiques, à raison de l’origine ou de la religion” commis à l’encontre de la famille mulhousienne.

Le 26 décembre, Airbnb rembourse les 460 euros de la location. La plateforme adresse un mail le 30 décembre 2021 au chef d’entreprise : “En nous basant sur les éléments de preuve fournis, nous avons considéré que le problème signalé constitue une infraction à la politique de non-discrimination d’Airbnb.” Elle précise que la propriétaire en a été informée et que “toutes ses annonces ainsi que sa capacité à effectuer des réservations sur Airbnb ont été suspendues”.

Sebti Bouadjadja n’attend pas particulièrement d’argent de cette procédure éventuelle. “De toutes façons, si je devais en toucher, je le reverserai à une association”. Sur son compte Facebook, le soir du 31 décembre 2021, il remercie tous celles et ceux qui l’ont soutenu : “C’est grâce à cet énorme élan de solidarité que nous avons réussi à faire bouger les choses et cela sans méchanceté”.  Il retiendra de cette affaire que “l’institution française reste intransigeante avec le racisme”. Encore heureux.    

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Refoulée d’un Airbnb, une famille mulhousienne se dit victime de discrimination raciale – France 3 Régions

Laisser un commentaire