“Grande villa moderne, toute équipée, piscine, haut-vent pour des repas à l’extérieur, barbecue gaz et charbon, sous-sol avec home cinéma […] ping-pong, air hockey…” Cette annonce en ligne sur le site de location Abritel est pour le moins attrayante. Et beaucoup de jeunes l’ont compris, rapportent nos confrères de France Bleu. Car cette maison située dans un lotissement du Crès dans l’Hérault, est depuis plusieurs mois au cœur d’une polémique. Les voisins sont exaspérés de voir s’y presser tous les week-ends des jeunes pour y faire la fête.

Et cela fait neuf mois que ça dure. Une situation intenable pour des résidents qui se disent parfois à bout, “désemparés et usés”. Une voisine avoue à France Bleu avoir “la boule au ventre” lorsqu’elle rentre chez elle le vendredi soir. Car depuis quelques mois, les étudiants affluent, “parfois 70 “, même jusqu’à “150 à 200 fêtards”, tance une voisine. Les gendarmes se déplacent à chaque fois, mais la situation ne bouge pas. Une autre voisine interrogée par nos confrères de la presse régionale ironise même : “Ils nous reconnaissent au téléphone.

Une lettre à Emmanuel Macron

Et les nuisances sont légion : bruit, débordements, stationnement gênant… Les familles environnantes ont même peur et craignent pour la sécurité de leurs enfants, car au minimum, ce sont vingt personnes qui se réunissent chaque vendredi ou samedi soir. Sur l’annonce partagée par b, le propriétaire de la maison avait même donné une précision pour le 31 décembre : il mettait à disposition une “discothèque privée avec sono, éclairages, laser, machine à fumée pour 25 personnes max”.

Les voisins disent maintenant vivre un enfer dans un quartier qui était pourtant résidentiel. Et la situation n’évolue pas malgré leurs plaintes. Sur les annonces publiées, “six personnes maximum sont autorisées”, et le site indique que les événements sont interdits. Pour se défendre, le propriétaire explique de son côté qu’il “n’est pas au courant que d’autres convives vont venir”, explique désemparée à France Bleu une mère de famille. Que faire désormais ? L’homme a été convoqué en mairie mais les recours juridiques semblent avoir été épuisés. Une voisine a pourtant écrit avec culot à Emmanuel Macron. Surprise, on lui a indiqué que la préfecture de l’Hérault avait été saisie. Affaire à suivre.

Recevez nos dernières news Chaque semaine votre rendez-vous avec l’actualité immobilière.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Il loue sa maison tous les week-ends, ses voisins en colère – Capital.fr

Laisser un commentaire