Le 21 février, la page Wikipédia du candidat Eric Zemmour revêtait un bandeau d’avertissement à l’attention des lecteurs. Le 21 février, la page Wikipédia du candidat Eric Zemmour revêtait un bandeau d’avertissement à l’attention des lecteurs.

Depuis le jeudi 17 février, les pages Wikipédia consacrées à Eric Zemmour et à son parti, Reconquête !, affichent une bannière d’avertissement : « Cet article semble être une page autobiographique ou autocentrée qui a fait l’objet de modifications substantielles, soit par le principal intéressé, soit par une ou plusieurs personnes en lien étroit avec le sujet. »

La mise en garde est consécutive aux révélations du journaliste Vincent Bresson dans son livre paru le même jour, Au cœur du Z (Editions Goutte d’or). L’auteur, qui s’est infiltré plusieurs mois dans l’équipe de campagne d’Eric Zemmour, raconte comment un groupe de militants s’étant baptisé « WikiZédia » s’est coordonné pour amender des textes et faire la promotion du candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle sur la très populaire encyclopédie participative en ligne.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Me voilà intégré à une équipe fantôme » : les extraits d’un récit d’infiltration dans l’équipe de Zemmour

D’autres mesures ont été prises par les administrateurs de Wikipédia en France. Sept comptes de contributeurs qui participaient à cette opération, qualifiée par l’encyclopédie de « tentative de manipulation », ont été bannis indéfiniment de la plate-forme. Parmi eux, Cheep, qui participe depuis plus de quinze ans à l’encyclopédie, partisan de l’extrême droite, dont l’expertise a été mise au service des militants zemmouriens comme le raconte Vincent Bresson.

Les administrateurs de l’encyclopédie ont également alerté l’Arcom (ex-CSA) par courriel, et poursuivent leur enquête, comme l’explique le conseil d’administration de Wikimédia, l’association qui héberge l’encyclopédie libre, dans un communiqué publié le 18 février. Par ailleurs, l’encyclopédie a mis en ligne le journal des interventions et décisions prises dans cette affaire.

« Guerre d’édition » et d’information

Dans une série de tweets, Samuel Lafont, chef de la campagne numérique d’Eric Zemmour, qui chapeautait selon Vincent Bresson l’opération « WikiZédia », a dénoncé une « censure » de la part de l’encyclopédie et affirmé que, « sous la neutralité affichée, un combat politique s’y joue depuis des années ».

« La cellule WikiZédia est intervenue en infraction à l’esprit et à la règle de plusieurs principes fondateurs, règles et recommandations, notamment : neutralité de point de vue (…), esprit de non-violence », explique le communiqué de Wikimédia, qui précise : « Wikipédia n’est pas une tribune de propagande ou de promotion ». On y apprend en outre qu’une contributrice a fermé son compte en raison de menaces qui lui ont été adressées, via la messagerie Telegram, concernant son intégrité physique.

« Ce n’est pas la première tentative de manipulation de l’encyclopédie par une personnalité ni même un parti politique, [même dans le cadre de la] préparation d’une élection présidentielle », rappelle Wikimédia. Mais dans cette « guerre d’édition » et d’information, l’enjeu est important : la page Wikipédia la plus consultée en France en 2021 est celle d’Eric Zemmour (vue 5,2 millions de fois) devant celles d’Elizabeth II et Cristiano Ronaldo, selon les chiffres de la Wikimedia Foundation.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Page Wikipédia d’Eric Zemmour : l’encyclopédie en ligne répond aux « tentatives de manipulation » – Le Monde
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire