La candidate du parti Les Républicains, Valérie Pécresse, présente son programme concernant la défense, à Paris, jeudi 3 mars 2022. La candidate du parti Les Républicains, Valérie Pécresse, présente son programme concernant la défense, à Paris, jeudi 3 mars 2022.

A droite, c’est presque devenu un mantra : la campagne malgré tout, le débat en toutes circonstances. Mais avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a plongé l’Europe dans la pire période de troubles depuis des années, impossible de continuer comme avant. Quitte à ne pas être autant entendu que le parti le souhaiterait. Aujourd’hui ; l’Ukraine est dans tous les esprits. Dans ce contexte, la candidate du parti Les Républicains (LR) et du centre avait décidé de donner, jeudi 3 mars à la Maison des polytechniciens à Paris, un grand discours sur la défense.

Le texte devait, à l’origine, être prononcé à Brest, dans le cadre d’un déplacement consacré aux armées. La candidate devait plus particulièrement se rendre à la base opérationnelle de l’Ile Longue (Finistère), où se trouvent les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. La guerre a rendu la visite impossible.

C’est donc sur un ton grave et avec une mine de circonstance que l’ancienne ministre de l’enseignement supérieur a exposé jeudi sa vision de la défense française. Quelques jours à peine après la convocation d’un conseil de défense consultatif chargé de la conseiller sur ces questions. Le but : « montrer qu’elle a les qualités pour être une très bonne dirigeante en temps de crise », explique son porte-parole, Othman Nasrou.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le clivage russe, terrain d’affrontement des candidats

Pour Valérie Pécresse, il s’agit aussi d’exister dans un contexte quasi impossible. La guerre en Ukraine et les informations plus angoissantes les unes que les autres venant du front occupent pour l’instant les pensées des Français. Elle qui avait prévu une riposte d’ampleur à l’entrée en campagne d’Emmanuel Macron – finalement annoncée dans un entretien à la presse quotidienne régionale, jeudi soir – a dû changer son fusil d’épaule. Dans un discours à son QG, peu après la publication de la lettre du président de la République, elle a rappelé que « si la gravité de la situation internationale » exigeait un « esprit de responsabilité et une opposition digne », « les Français ne peuvent pas être privés d’un vrai débat démocratique ».

Quelques critiques mesurées

Avant la guerre, l’équipe de campagne de la candidate envisageait, pour répondre à M. Macron, la distribution de plusieurs millions de tracts critiquant le bilan du président sortant. Mais aussi l’organisation de conférences de presse régionales pointant les dysfonctionnements du quinquennat. Une opération qui avait pour but de récupérer les électeurs de droite partis chez le chef de l’Etat et de sortir par le haut d’une séquence compliquée dans les sondages.

Il vous reste 53.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Valérie Pécresse cherche à exister en parlant défense – Le Monde
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire