Un député de Marine Le Pen, aveugle et culturiste, fait son entrée à l’Assemblée nationale : “Ce n’est pas… – Gala

José Beaurain, député RN, a été élu à l’issu du second tour des législatives, et il a de quoi se démarquer. Non-voyant depuis plus de dix ans et ancien champion de bodybuilding, il s’est récemment confié sur son handicap au Parisien.

Ce sera une première depuis la mise en place de la Ve République. En effet, un député non-voyant a fait, ce mercredi 22 juin, son entrée au Palais Bourbon, après avoir été élu sous l’étiquette du Rassemblement national. José Beaurain n’en est pas à son coup d’essai en politique. Conseiller municipal de Chauny, dans les Hauts-de-France, cet homme d’une cinquantaine d’années s’est engagé auprès du parti représenté par Marine Le Pen dès 2010.

Celui qui s’est imposé dans la 4e circonscription de l’Aisne était malvoyant lorsqu’il est né, mais ce n’est qu’en 2008 qu’il a perdu totalement l’usage de la vue à la suite d’un glaucome congénital. Il a tenu à rappeler que “ce [n’était] pas honteux”, bien au contraire. Interviewé dans les colonnes du Parisien le 20 juin dernier, José Beaurain a estimé sans tabou que “l’intérêt d’un handicap, c’est d’en faire une force”. Néanmoins, afin de couper court à d’éventuelles rumeurs de traitement de faveur, l’homme politique a assuré qu’il “n’a pas été élu grâce à cela”. “Je n’en ai pas parlé dans la presse, mais c’est une grande fierté pour moi. Cela prouve que toute personne, même avec un handicap, peut avoir des rêves et une ambition”, a-t-il affirmé.

Une ferme intention de “faire évoluer” les mentalités sur le handicap

Conscient de sa singularité, José Beaurain a considéré, auprès de nos confrères, que “[s]on handicap, par la force des choses, sera mis en avant”. Pas de quoi déranger ce sportif, ancien vice-champion de France de bodybuilding, puisqu’il a bien l’intention “d’essayer de porter cela en faisant évoluer la vision des gens sur le handicap”. “En matière de compréhension du sujet, je ne crains personne”, a-t-il ajouté. Désormais, l’allié de Marine Le Pen s’intéresse à sa nouvelle vie à l’Assemblée nationale en pensant à l’aspect pratique : “J’aimerais par exemple savoir s’il me serait possible de bénéficier de mon attaché au sein de l’hémicycle.” De plus, l’homme politique espère pouvoir utiliser un appareil adapté lui permettant de prendre des notes en braille et pense à l’éventualité de venir accompagné d’un chien-guide. “Mais je compte bien sur la courtoisie générale pour ne pas être abandonné en plein milieu de l’hémicycle”, a-t-il lancé au Parisien.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Laisser un commentaire