Emmanuel Macron isolé après le «non» des oppositions – Le Figaro

Emmanuel Macron, le 1er juin, à Paris. CHRISTIAN HARTMANN/AFP

RÉCIT – Les Républicains, le RN et la Nupes ont opposé une fin de non-recevoir aux demandes de clarification formulées par le chef de l’État. L’impasse demeure.

Un peu d’air. Au lendemain de l’intervention du président de la République sur le résultat des élections législatives, la majorité retrouve un peu de marges de manœuvre. Certes, l’ensemble des formations politiques interpellées par Emmanuel Macron pour former une coalition ont rejeté la proposition. Mais toutes n’ont pas fermé la porte à l’autre scénario avancé par le chef de l’État, celui d’accords au cas par cas en fonction des textes de loi.

Alors, dans le prolongement du discours d’Emmanuel Macron, la porte-parole du gouvernement s’est efforcée d’assurer le service après-vente. D’abord en allégeant la contrainte de temps. Mercredi soir, tous avaient compris n’avoir que deux jours pour clarifier leurs positions et se décider. «Il n’y a ni ultimatum ni question de quarante-huit heures, a affirmé sur Franceinfo la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire. L’ultimatum, c’est la fin. Là, il ouvre le début des négociations, le début du consensus et des compromis. On parle de plusieurs…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Laisser un commentaire